Remis en cause suite au mauvais départ de son équipe en championnat, Marcelo Bielsa s’est présenté mercredi en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes avant le match qui opposera le LOSC à l’ASM vendredi. Après avoir tenté de justifier des choix sportifs surprenants, El Loco a fini par s’emporter quand les journalistes l’ont questionné sur son départ de l’OM.

 

« Votre compagnie est souvent méprisable »

 

 

Pour rappel, le coach argentin avait quitté l’Olympique de Marseille après une journée de championnat lors de la saison 2015/2016. Une démission surprenante qui lui avait valu nombre de critiques. Il est revenu sur cet épisode : « Un ancien dirigeant de Marseille a dit l’autre jour que j’avais quitté Marseille car j’étais écrasé par la pression mise sur le poste d’entraîneur de l’OM. Quand j’ai démissionné de l’OM, ce dirigeant du club, qui après le match était alcoolisé, a commencé à crier sur mes collègues « Mexique ! Mexique ! Mexique !’’ (ndlr : à l’époque, une rumeur envoyait Bielsa au Mexique). Le président de la fédération mexicaine m’a appelé, oui, et il s’est offusqué parce que je n’ai pas répondu à son appel. Je ne l’ai pas fait, justement pour qu’il n’y ait pas la moindre possibilité que quelqu’un puisse lier ma démission de l’OM avec une autre possibilité de travail. (…) Igor Levin (l’avocat de Margarita Louis-Dreyfus) et Philippe Pérez (alors directeur général de l’OM), deux jours avant le match contre Caen, m’ont annoncé que mes adjoints auraient une baisse de salaire de 10% sans discussion possible. Alors je suis parti. Cela n’a rien à voir. » Echaudé, Marcelo Bielsa a ensuite conclu son intervention par des critiques acerbes envers les journalistes : « De la même manière que votre métier, quand il n’y a pas de victoire, c’est de considérer le pire scénario comme véridique. C’est pour cela que votre compagnie est souvent méprisable. (…) Je fais cela pour vous démasquer face au public. Pas tous, mais certains d’entre vous. Comme chez les entraîneurs, il y a dans votre profession des bons et des moins bons. »

Nils Rosas
21/09/2017 à 06:32