L’emblématique président de l’Olympique Lyonnais ne veut pas précipiter les choses. Son entraîneur actuel, Bruno Génésio, est en poste depuis décembre 2015. Après une 4ème place plutôt satisfaisante la saison dernière, le début de cette année est plus complexe pour l’OL, puisqu’après 8 journées, Lyon n’est pas aux places européennes.

 

Si des supporters sont sceptiques devant le coaching de Génésio, le président Rhodanien s’est lui aussi exprimé sur le sujet…

 

 

 

 

 

Aulas : « On ne joue pas au Monopoly »

 

 

 

Le président de l’OL, lors d’un entretien dans l’Equipe, s’est prononcé sur une éventuelle éviction de Bruno Génésio, le coach lyonnais. En regardant les comportements que l’encadrement des Gones a eu avec les anciens entraîneurs du club, Aulas en tire un raisonnement et veut rester réfléchi :

 

 


« Répondre, c’est aller dans le sens de ceux qui disent que je le protège. Il est en danger, comme tous les entraîneurs, mais pas plus. Quand on fait une équipe avec un recrutement en accord avec l’entraîneur, on ne prend pas des décisions de changer comme ça. Puel, malgré la vindicte populaire, est parti à la fin de son contrat (2011) et on est allés en Ligue des champions (via la 3e place) alors que si j’avais écouté certains, on ne serait pas en C1 et ça aurait coûté 7 ou 10 millions, alors que ça a coûté zéro. Hubert (Fournier) est parti ? Oui, mais le capitaine de l’équipe (Maxime Gonalons) me demandait sa peau et c’était à la fin de la première partie du Championnat (déc. 2015). J’avais la trêve pour mettre les choses en place. On ne joue pas au Monopoly. »

Jean-Michel Aulas – Source : L’Equipe


Redac MFC
01/10/2017 à 18:48