« On n’a pas aimé son comportement avant et pendant le match. On le lui a fait savoir. Il a compris que ce n’était pas bien et s’est excusé le lendemain auprès du groupe et du club. Il ne sera pas sanctionné », a déclaré Leonardo dans les colonnes de L’Equipe au sujet de Jérémy Menez.

 

Mais le malaise semble bien profond. En effet, comme le laisse entendre son agent, l’international français vit très mal la concurrence, surtout depuis qu’elle lui est défavorable.  « À chaque fois qu’il est sur le banc, Jérémy le vit comme un échec (…) S’il sent qu’il ne va pas beaucoup jouer, Jérémy a tendance à lâcher. Il faut qu’il apprenne justement à ne pas lâcher. Il doit intégrer le fait qu’à Paris la concurrence est désormais plus rude », a confié Jean-Pierre Bernès au quotidien sportif, envoyant  par ailleurs un message clair aux dirigeants parisiens: « Il faut juste que cette concurrence soit honnête, qu’on n’aligne pas un joueur juste parce qu’il a coûté 40 M€ ou un peu plus. Jérémy a besoin d’explications claires. Je comprends qu’il soit énervé, comme je comprends que le directeur sportif et l’entraîneur n’apprécient pas toujours ses réactions ».

 

Marcel Maurice
16/02/2013 à 09:56