Arrivé cet été en provenance de Dijon, l’attaquant Loïs Diony n’a toujours pas inscrit le moindre but en championnat. Si son manque d’efficacité se fait ressentir sur le terrain, la précision de ses coups portés à l’encontre du club avec lequel il a finalisé sa formation: le FC Nantes. Avec le média stéphanois “Maillot Vert”, il est revenu sur cet épisode douloureux de sa carrière:

 

“Je me sens vraiment berné”

 

 

 

« A la fin de saison, l’équipe réserve remonte en CFA. Moi, j’ai fait mon deuil. Je sais que je ne vais pas être conservé alors je ne suis pas vraiment surpris quand les dirigeants du centre m’annoncent qu’ils ne me proposent pas de contrat professionnel. Je l’assume… Mais j’accepte beaucoup moins ce qui va suivre. Alors que j’ai vendu tous mes meubles et que je me prépare à quitter mon appartement, le club me rappelle et me propose finalement un contrat d’un an. Surpris de cette volte-face, je demande un délai de cinq jours pour réfléchir. Je discute avec mon entourage et finalement ma mère me convainc d’accepter le contrat. Je rappelle donc les dirigeants pour leur dire que j’accepte mais, entre-temps, l’interdiction de recrutement qui frappait le club suite à l’affaire Bangoura a été levée. On me fait patienter puis, d’un coup, on me retire des mains le contrat que l’on vient juste de m’offrir: je me sens vraiment berné. »

 

 

Redac MFC
05/10/2017 à 18:44