Jean-Louis Triaud n’a pas caché la cure d’austérité à prévoir cet été lors du mercato bordelais. En fin de contrat en juin 2014, Benoît Trémoulinas a confié à l’Equipe qu’il se débrouillera pour que son club formateur récolte de l’argent sur son transfert quoi qu’il arrive : « J’aurai une réflexion à la fin du Championnat. Il me reste un an de contrat et je n’ai pas encore eu de discussions avec le président Jean-Louis Triaud pour une prolongation. Nous sommes dans un contexte économique compliqué. Je pense que le club laissera partir des joueurs s’il a des offres concrètes. Mais Bordeaux reste mon club de cœur, celui de ma formation et des titres, et si je venais à partir, jamais je ne partirais libre. Soit je prolonge, soit je pars mais, je le répète, je ne partirai jamais libre ! » Une belle preuve de fidélité au club…

Fabrice Citodra
27/04/2013 à 17:18