Franck Belhassen, l’agent de Valentin Rongier, a raconté les coulisses du transfert de Rongier au micro de RMC Sport : « Quand on est sorti avec mon assistant des bureaux du centre d’entraînement de l’OM lundi soir à 00h30, je ne vous cache pas que j’avais pris un coup derrière la tête, mais surtout le joueurC’est deux processus qui sont complètement opposés. Vous en avez un qui veut décider tout de suite et qui en a la possibilité. Et vous en avez un autre qui a des stratégies bien définies avec son actionnaire américain et qui doit passer par un board pour décider de tout ce qu’il fait […]”

 

Les deux parties se sont compliquées la tache

 

“On a eu affaire à deux présidents opiniâtres, décidés, avec pas mal d’ego aussi. Et puis il y avait un joueur au milieu qui était en train de subir la situation. Alors que théoriquement, il aurait pu partir facilement, car c’était acté par le FC Nantes depuis longtemps. Les négociations entre le FC Nantes et l’OM ont vraiment commencé qu’à partir de jeudi dernier (29 août), donc 5 jours avant la fin du mercato, c’est peut-être aussi ce qui a choqué le FC Nantes. Et puis il y a eu le départ de Luiz Gustavo qui a précipité les chosesAprès sa prolongation de contrat (il y a trois ans), Waldemar Kita avait promis à Valentin de le laisser partir lorsqu’il aurait évoqué le fait qu’il aurait trouvé un challenge qui l’intéressait et qui lui plairait. Il ne pinaillerait pas pour quelques millions d’euros s’il fallait faciliter son départ ».

 

Redac MFC
05/09/2019 à 21:32