Mis à part le PSG qui a des moyens quasiment illimités, les autres clubs français vont devoir changer leur fonctionnement. C’est le cas de Lyon ou de Marseille qui ont entamé un dégraissage de leur masse salariale et qui ne dépense plus beaucoup durant le mercato. Interrogé par Footballclubdemarseille.fr, Pierre Ménès a évoqué ce problème en citant l’ASSE comme exemple de gestion : « Il y a des clubs qui arrivent à bâtir des effectifs extrêmement intéressants en travaillant au niveau recrutement et en appliquant une masse salariale cohérente. Saint-Étienne en est le parfait exemple. Il faut que l’OM rentre dans le rang au niveau des salaires – c’est d’ailleurs un phénomène qui va se généraliser au niveau européen – et qu’ils recrutent selon leurs moyens. Après, c’est aussi aux supporters de l’OM de prendre conscience de cette nouvelle donne. MLD, c’est pas les qatariens, c’est pas un fond de pension américain. Elle ne va pas mettre 100 millions d’euros par ans dans l’OM pour faire plaisir aux supporters de l’OM et à son fils. C’est juste une prise de conscience. Il faudra être plus patient, plus tolérant si le recrutement est moins bling bling qu’il a pu l’être dans les années précédentes, ou espérer qu’il y ait un gros investisseur qui s’intéresse à Marseille. »

Fabrice Citodra
28/03/2013 à 16:19