Remonté contre le traitement médiatique dont fait l’objet, selon-lui, le LOSC,  Michel Seydou a livré ses vérités dans les colonnes de l’Equipe. « J’ai l’impression, en écoutant les radios et en lisant les médias, que le club est mort et que c’est la fin du monde pour le LOSC. Il y a eu un téléscopage malheureux. Notre déroute munichoise a été suivie d’une information selon laquelle j’avais confié mes intérêts à un spécialiste des cessions d’entreprises. Et là, on a tout mélangé : les résultats sont nuls et il vend le club, qui en faillite. Je vais loin exprès… mais c’est devenu ça. Là-dessus, il y a le départ d’un joueur important qui se fait de façon assez étonnante (Mickaël Landreau). Et voilà comment on a annoncé la mort du club. Or je veux rétablir : je suis le président-actionnaire du club pendant encore longtemps », déclare le président du club lillois visiblement très agacé de tout ce qui peut ce dire dans les médias sur son club. 

 

« Ce n’est pas parce qu’on baisse la masse salariale qu’on baisse les ambitions, poursuit le patron du LOSC. Regardez Lyon et Marseille s’ils baissent leurs ambitions. On est dans la même ligne que les autres clubs français, en dehors du PSG. On va rentrer dans le rang et, à moins d’être épaulé par un mécène, on ne pourra plus s’offrir de joueurs chers »

Cependant, Michel Seydou lachera tout de même que ne pas finir dans les quatre premiers du championnat serait “une faute professionnelle par rapport aux investissements consentis”.  Les joueurs Lillois auront certainement bien saisi le message.

Marcel Maurice
11/01/2013 à 13:45